Paris s'endort

Publié le par Luce

Accordéon aux ailes mécaniques, cinquième ciel...
Immobiles face  à l'infini, elle s'étend Belle.
 
Ciel de velours noir, abritant une piste d'étoiles...
Elles se figent ou scintillent, jamais ne s'endort la Capitale.
 
Les cadrans s'allongent, ondulent doucement
Immobilisés, pour l'éternité d'un instant...

 

paris 014

 

Luce -- 19 décembre 2012

Publié dans lyrisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article